Je poursuis mes lectures dans l'univers de Douglas Kennedy avec "Les charmes discrets de la vie conjugale", un roman qui entre dans les profondeurs d'Hannah, qui éprouve des difficultés à aimer sa vie lisse, sans saveur...

***

La première partie se situe en 1966 et 1974, Hannah pense avoir trouvée l'amour avec Dan, étudiant en médecine. Très vite, ils se marient. Très vite, Hannah tombe enceinte de son premier enfant. Interne en médecine, Dan est souvent promu à des postes dans différentes villes. Hannah suit son époux, s'adapte, met les pas de son existence dans ceux de Dan.

Alors que son mari est au chevet de son père mourant, Hannah reçoit un ami de son père pendant quelques jours, il prétend voyager, mais très vite il lui avoue qu'il est recherché par le FBI et l'oblige à l'emmener au Canada. Hannah qui a succombé à son charme, se sent trahie, mais le conduit, malgré elle, au Canada.

La seconde partie du livre se déroule en 2003. Lizzie, la fille de Dan et Hannah, disparait à la suite d'une rupture amoureuse douloureuse. Hannah découvre la fragilité spychologique de sa fille...

Toby Judson, l'homme qu'elle a conduit au Canada trente ans plutôt, sort un livre où il raconte ses années militantes, sa fuite au Canada avec l'aide d'Hannah, qui fut sa maitresse quelques jours quand elle l'a hébergé. Il parle de sa vie tranquille actuelle à l'écoute de Dieu.

Toute la vie d'Hannah va éclater en lambeaux, son existence si tranquille va se retrouver dans une agitation qui va lui permettre de prendre elle-même des décisions.

Mon avis : Un roman captivant, magnifiquement écrit, où l'auteur s'empare du personnage d'Hannah, en lui laissant le soin de raconter son histoire avec ce "je" sorti du stylo de Douglas Kennedy.

Hannah est une femme qui se cherche, perturbée par l'emprise de sa mère qui rabaisse tous ses choix. Hannah veut connaître le bonheur, elle se précipite dans un mariage qui passe de l'amour à une relation modèle de convenance. Elle s'efface beaucoup trop et quand elle veut s'affirmer, elle le fait avec maladresse ou dépose les armes rapidement.

Douglas Kennedy a su parfaitement décrire les doutes, les interrogations et les joies d'Hannah, c'est écrit avec beaucoup de tendresse, de fermeté aussi.

Extraits du livre : "Aux yeux de Flaubert, la pire horreur imaginable est la répétition du quotidien, son ennui écrasant. Je dirais qu'il est le premier grand romancier à avoir compris que nous devons tous nous confronter à la prison que nous édifions en nous-mêmes." (page 25)

"Nous voulons toujours ce que nous n'avons pas. Nous ne cessons jamais d'être insatisfait, du moins en partie, par la vie que nous nous sommes organisée, si réussie puisse-t-elle être, parce que nous n'arrivons pas à être entièrement comblés par la réalité, l'ici et le maintenant." (page 319)

"Tel est notre destin : le désordre, les drames dans lesquels les autres nous entrainent ou que nous nous créons nous-mêmes font partie intégrante de la condition humaine. Comme la tragédie, qui nous guette sans cesse au tournant. Peut-être s'agit-il là encore d'une réaction à notre état de mortels, d'une manière de nous cacher à nous mêmes notre fin inéluctable, au-delà de l'agitation, des espoirs et des déceptions ?" (page 502)

Douglas Kennedy "Les charmes discrets de la vie conjugale". Traduit de l'américain par Bernard Cohen. Editions Pocket, 2007.

DOUGLAS KENNEDY CHARMES DISCRETS